page commune
  • EHPAD – Marseille (13)

    02-02-24

    Les travaux d’extension à rez-de-chaussée proposent la création d’un UPPD (unité protégée pour personnes désorientées) de 14 chambres simples (14 lits) et ses locaux associés (une salle d’activité, un salon, une salle-à-manger, un poste de soin, deux sanitaires publics, un rangement, un local technique ECS, un local technique climatisation, une unité propre et une unité sale).

    Les travaux sur l’existant porteront dans un premier temps que sur la création d’une banque d’accueil accessible PMR et la transformation d’une chambre simple en bureau administratif. Le sous-sol, le rez-de-jardin, le premier et le deuxième étage existants ne subiront aucune modification.

    Les façades de l’extension seront enduites couleur ocre-rouge en rappel du bâtiment « Aéria » à l’entrée du site. Ce choix produit une alternance de couleurs chaudes entre le bâtiment principal de l’EHPAD « Aéria », ton ocre-rouge, et les bâtiments « Meissel » existants, ton ocre-rose et ocre-orangé. Les façades de la nouvelle extension sont traitées dans l’épaisseur pour favoriser le confort solaire et thermique et intérieur. Cette épaisseur est traduite par des encadrements de fenêtre en débord des façades (+20cm de profondeur) qui seront traités de manière « monolithique », en continuité des entablements des menuiseries, et d’aspect béton gris-clair. Des stores bannes à projection
    viendront compléter la protection solaire et dynamiser le rythme des façades.

    Concernant la toiture de la nouvelle construction, le projet présente la possibilité d’une extension future à R+1. Ainsi, le choix c’est porté sur une toiture terrasse pour permettre cette évolutivité. Par ailleurs, le couronnement de la toiture bénéficie d’un traitement particulier afin d’assurer une continuité végétale avec le jardin. Ce couronnement est traité en garde-corps épais grâce à une jardinière profonde et soulignant le contour de la toiture terrasse. La hauteur du substrat est suffisante pour accueillir des graminées et plantes buissonnantes. Le parti végétal se porte sur un mélange de plantes grasses, de vivaces, de graminées et de plantes aromatiques (d’essences méditerranéennes ou acclimatées). La toiture terrasse n’accueillera aucun organe technique.

    Les espaces extérieurs projetés sont constitués :

    d’un jardin aménagé et largement planté (pelouses, arbres de haute-tige, haies et bosquets d’essence méditerranéenne) conservé et nettoyé;

    d’un nouveau jardin pour personnes désorientées UPPD et ses 2 terrasses ;

    de 2 terrasses attenantes à l’EHPAD Aéria conservés;

    de 20 terrasses attenantes à L’EHPAD Meissel (16 sont privatives et destinées aux chambres à rez-de-chaussée, et 4, plus spacieuses, sont destinées aux parties communes) conservées et réparées;

    d’une voirie d’accès intérieure en enrobé et en forme de «T» conservée et réparée;

    de 3 parcs de stationnements extérieurs destinés au visiteur et au personnel sans distinction (un parc de stationnement de 5 places dont 1 PMR conservé (avec la place PMR signifiée) ; un parc de stationnement de 22 places remanié et planté, un parc de stationnement de 3 places en stabilisé le long de la voirie d’accès) ;

    d’une place livraison à proximité du bâtiment Aéria 

  • RSS Braine (02)

    12-29-23

    Le projet de Résidence Services Seniors s’implante au Nord de l’établissement existant sur la même parcelle. Le bâtiment sera en longueur et marquera l’alignement de la rue Porte de Reims. Pour faire échos aux constructions la route de Brenelle Cordier ou aux bâtiments existants de l’EHPAD, et pour offrir une échelle plus « domestique » au bâtiment, la façade principale sera recoupée en plusieurs « maisons de ville ». La toiture propose ainsi une succession de doubles pentes dont le faitage est perpendiculaire à la rue. Les fenêtres et menuiseries sont aussi à l’échelle de la maison.

    Deux teintes permettront de renforcer l’échelle domestique de donner des vibrations et du rythme à la façade. La composition et la colorimétrie des ouvertures de façades accentuera se léger mouvement.

    L’insertion architecturale de la RSS se fera également par la forme du bâti. Le bâtiment formera un nouveau jardin intérieur avec l’EHPAD existant côté sud, nord et sud-est. Son intégration est pensée comme la formation d’une « aile » différente de l’EHPAD existant. Une connexion extérieure pourra être imaginée à terme.
    Le jardin sera végétalisé et le stationnement hors sol bénéficiera du même soin et traitement paysager.

  • Structure d’accueil Alzheimer Etretat (76)

    11-13-23

    Le bâtiment existant de la Villa Heurtevent (XIXème siècle) est rénové à l’identique sur le plan de ses façades, de son emprise ou de son implantation. 


    L’insertion architectural de la maison Carpe Diem se fera également par la forme du bâti. Le projet réhabilite la Villa Heurtevent existante et s’étend dans la prolongation de ce bâti côté Est. 

    L’extension conserve les mêmes hauteurs de niveau (RDC et R+1) et s’inspire du même langage architectural. 

    L’articulation entre l’existant et le neuf se fera par une verrière (en rappel de la verrière existante de l’escalier de la villa Heurtevent) et qui permet d’accueillir les visiteurs, de distribuer les différents volumes et de faire rentrer la lumière naturelle dans le bâti.


    le projet de Maison Carpe Diem s’implante au Sud de la maison de retraite Etoile du Matin existant sur la seconde parcelle de la propriété. 

    L’extension de la Villa Heurtevent est toute en longueur parallèlement à la maison de retraite Etoile du Matin.

    Les matériaux brique rouge pour les façades et tuile plate en terre cuite pour la toiture sont mis à l’honneur dans la continuité du bâti existant et de l’architecture Etretataise.

    L’extension conserve les mêmes hauteurs de niveau (RDC et R+1) et s’inspire du même langage architectural. 

    L’articulation entre l’existant et le neuf se fera par une verrière (en rappel de la verrière existante de l’escalier de la villa Heurtevent) et qui permet d’accueillir les visiteurs, de distribuer les différents volumes et de faire rentrer la lumière naturelle dans le bâti.

    Le jardin sera nettoyé et légèrement modifié autour de la Villa Heurtevent et de son extension afin d’accueillir une terrasse accessible et un petit parc de stationnement hors sol. Ces espaces bénéficieront du même traitement paysagé que le jardin. De nouvelles plantations endémiques seront aussi privilégiées.




  • EHPAD Saint-Maur-des-Fossés (94)

    11-13-23
  • EHPAD Bourg la Reine (92)

    11-13-23

    

  • Résidence seniors Vaxy (57)

    08-09-23

    Le projet de Résidence Services Seniors s’implante au Nord de l’EHPAD existant.Ce positionnement nous permet de bénéficier des infrastructures d’accès existantes et ainsi minimiser l’impact de notre projet en ce sens. En choisissant de construire face au bâtiment existant, nous renforçons la typologie de rue déjà amorcée, et introduisons ainsi une unité usuelle et visuelle entre les deux établissements. Le bâtiment se développe sur quatre niveaux, de rez-de-jardin à R+2, en suivant la déclivité naturelle du terrain.

    La façade principale (Sud) est rythmée par différents traitements. Elle se distingue par ses grands percements qui englobent l’ensemble des espaces communs orientés de ce côté et viennent marquer le socle public du bâtiment : un long mur rideau ouvre ainsi la façade Sud et son angle Sud-Est vers l’extérieur. Il apporte lumière et transparence aux pièces à vivre principales de la résidence.

    Les fenêtres des logements sont traitées de façon à rappeler l’échelle de la maison, se faisant plus généreuses, conférant ainsi à l’établissement un sentiment de domesticité. Les décalages de ces menuiseries apportent un rythme et dynamise le dessin des façades.

    Le restaurant prend une place significative à l’angle Sud-est du bâtiment. À cet endroit, le long mur rideau se retourne et s’ouvre largement sur le paysage. Cet élément architectural détache le bâtiment du sol. Celui-ci permet également d’alléger la façade, sentiment renforcé par le traitement de la toiture qui finit par disparaître grâce à la perspective.

    La porosité de ce bâtiment participe de sa discrétion dans le site, aussi dans le choix du traitement de la façade. L’enduit ton pierre claire et la composition des grandes ouvertures des logements et des parties communes participent de cet effet. Le résultat est ainsi très lumineux et la toiture à quatre pans a vocation à se faire oublier, limitant ainsi l’impact visuel final du volume bâti au sein du paysage. La couverture sera traitée en bac acier à joints debout teinte zinc naturel.

    Au RDJ pour accompagner le mur rideau, des éléments verticaux type brise soleil en bois brut naturel viennent donner du volume et de la profondeur au mur rideau.

    Enfin l’entablement des baies initialement en aluminium sont remplacés par des éléments en bois naturel pour rappeler le mur rideau du RDJ.

    L’implantation de la RSS permet également la création d’un parvis d’accueil qui vient asseoir et pérenniser le bâtiment dans le site. Le jardin sera végétalisé et le stationnement hors-sol bénéficiera du même soin et traitement paysagé.

  • EHPAD Marcadet (75)

    09-02-22

    L’édifice actuel depuis sa construction et son extension a toujours été exploité comme établissement de santé. Il est dans le cadre du projet transformé en EHPAD (Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes) pouvant accueillir 95 résidents. Il est constitué d’un R+2 partiel construit sur un niveau de sous-sol le tout s’organisant autour d’une cour.

    Ce bâtiment est classé par la ville de Paris comme Bâtiment Remarquable. 

    Ainsi il est prévu de restructurer et de surélever l’ensemble de l’édifice existant. 

    Pour ce faire les dispositions suivantes seront respectées : 

    – la conservation de l’ensemble de façades

    – la conservation du niveau existant de la cour

    – la mise en retrait d’une partie de la surélévation côté rue, afin de conserver « l’effet de dent creuse » retenu comme principe par la Commission du Vieux Paris.

    Une écriture à la fois rythmique et rigoureuse de toutes les surélévations est la réponse apportée au langage architecturale de l’édifice existant. 

    Les surélévations sur la rue se font en deux séquences ; la première s’appuie sur l’entablement du bâtiment au premier étage avec un léger retrait, la seconde très marquée au quatrième étage participe à l’effet de « dent creuse » de cette parcelle. 

    Sur la cour l’écriture se poursuit, les retraits se conforment aux règles de prospect. La légère variation produite par le désaxement de la superposition des ouvertures accompagne la rythmique rigoureuse de la structure signifiée en façade par la trame régulière de poteaux. Cette écriture rythmée de l’extension est à la fois respectueuse de ce qui lui préexiste et prolonge, sans la caricaturer, l’architecture Art Déco de l’existant.

    Cette trame est interrompue tous les deux niveaux par une fine corniche dans le respect et en adéquation des proportions de la façade existante. 

  • EHPAD – Robion (84)

    02-08-22

    Les travaux porteront principalement sur le réaménagement de l’entrée et de l’accueil, de certains locaux et la création d’une unité dédiée aux personnes désorientées au rez-de-chaussée dans le bâtiment existant.

    Au sous-sol, il sera créé trois bureaux en lieu et place de l’ancienne salle à manger.

    Au rez-de-chaussée, trois lits supplémentaires viendront compléter ceux existants.

    La nouvelle unité dédiée aux personnes désorientées totalisera dix lits. L’ancien pavillon administratif sera converti en espace de vie et de détente, et en deux des trois chambres créées.

    Au premier étage, il sera créé quatre lits dans l’ancien pavillon administratif.

    Le deuxième étage ne subira aucune modification.

  • Logements Bois-Colombes (92)

    07-30-18

    Le projet s’inscrit sur une parcelle qui s’étire en cœur d’îlot. D’un côté, des locaux d’activités, de l’autre de l’habitat individuel ou collectif à l’angle des deux rues.

    Les accès au terrain depuis le domaine public s’effectuent par deux rues : d’un côté une parcelle libre de toute construction, de l’autre une parcelle occupée aujourd’hui par un petit pavillon.

    L’opération consiste donc à optimiser les parties constructibles (dans la bande de 15 mètres en priorité) et d’étudier en cœur d’îlot, en appui sur les mitoyens et dans le respect des prospects, un complément de constructions.

    Ainsi les constructions suivent ce principe et se décomposent en 3 bâtiments : 2 dans la bande de 15 mètres et l’autre en cœur d’îlot.

    L’annexe de la Mairie prend place au rez-de-chaussée, face à la place. Elle occupe la majeure partie de la façade.

    Son volume est traversant, permettant un accès PMR aisé depuis le parking à l’arrière du bâtiment.

    La dimension de ses baies vitrées lui confère son caractère institutionnel et participe à l’ordonnancement du projet.

    La parcelle s’étire en cœur d’îlot, cœur d’îlot bordé de locaux d’activités ou d’habitat résidentiel individuel ou collectif.

    Afin d’offrir une perspective, forme de perméabilité depuis la rue, l’accès unique aux logements s’effectue par une large grille sous porche laissant visible, depuis la place Jean Mermoz, le cœur de la parcelle. Il ne s’agit pas de « voir » mais de comprendre le lien morphologique entre la rue et cet espace résidentiel, de créer de la « porosité ».

    Nous avons souhaité que l’accès aux logements s’effectue depuis une seule entrée. Ainsi, tout le monde passe par cet accès qui distribue tous les locaux (services et logements) ; ce point devient le lieu de rencontre autour duquel nous avons implanté l’espace de jardin partagé et le local des vélos et poussettes.

    Lien collectif et distributif, il est à l’articulation des espaces collectifs et privés des trois bâtiments.

    Si l’accès parking se fait côté pavillon pour les véhicules, la sortie tant par le monte-handicapé que par l’escalier se fait par la cour. Aussi, nous profitons de cette disposition pour aménager en fond de parcelle un ensemble de caves en sous-sol.

    La dimension des baies de l’annexe de la Mairie imprime à la façade de l’immeuble son rythme.

    Les larges baies des logements, la faible hauteur de leurs allèges, le choix de grands châssis coulissants permettent aux occupants de transformer leur salon en grande loggia à la belle saison, ensemble d’interventions qui participent à la qualité d’usage des logements et à la performance environnementale dans la mesure où ces logements bénéficient d’un très bon éclairage naturel.

    L’emploi de la brique confère à l’angle de ces deux rues unité et qualité architecturale. Ainsi, qu’il soit construit en R+1+C ou R+3+combles, l’édifice puise sa force et son caractère dans les matériaux du bâtiment dominant contre lequel il s’appuie.

    Une attention particulière sera portée à la couleur de la brique retenue pour toutes les façades de façon à minimiser les phénomènes d’obscurité notamment sur les façades Nord.

    Le bâtiment A comporte 6 logements soit 6T2, 4 T3 et 1 studio.

    Le bâtiment B comporte 5 logements soit 4 T2 et 1 T3

    Enfin, le bâtiment C réunit les petits logements soit 6 T1.

    Nous proposons aujourd’hui une distribution des appartements minorant les circulations pour offrir le maximum d’habitabilité dans les pièces.

    Nous avons souhaité, en pied des logements situés en rez-de-chaussée, créer des petits espaces privatifs, mais aussi et au centre de la composition, créer un petit jardin partagé qui sera, lui, fortement minéralisé, permettant aux familles de se retrouver pour des moments conviviaux.

  • Logements Viry-Châtillon (91)

    07-30-18

    La parcelle se situe dans une zone pavillonnaire composée de maisons à 1 ou 2 étages avec combles.

    Le projet comporte un logement sur 2 niveaux et un commerce avec des entrées distinctres sur chaque rue.

    Côté route de Fleury, le commerce bénéficie d’une grande vitrine s’ouvrant sur un parvis en béton balayé gris clair type Portand. L’espace est non clos en prolongement de celui de la parcelle voisine.

    Le parvis est planté de deux érables.

    Côté avenue de la Forêt, le logement a un jardin  en pelouse agrémentée d’un érable.

    Son entrée est en béton balayé type Portland.

    Les façades sont traitées en en béton soigné type portland. Un soin particulier sera apporté au calepinage des banches et des trous de banche ; Les menuiseries sont en  aluminium thermolaqué RAL 7035. Les garde-corps et clôtures  barreaudage thermolaqué RAL 7035. Enfin la toiture est en bac acier – finition zinc ton quartz

    Côté route de Fleury, le commerce bénéficie d’une grande vitrine s’ouvrant sur un parvis en béton balayé gris clair type Portand. L’espace est non clos en prolongement de celui de la parcelle voisine.

    Le parvis est planté de deux érables.

    Côté avenue de la Forêt, le logement a un jardin  en pelouse agrémentée d’un érable.

    Son entrée est en béton balayé type Portland.

    L’abri véhicule est une dalle sur 4 poteaux en béton gris clair.